Rolland, les Alpes lui vont si bien

12 juillet 2012 - 18:48

Un an après un succès de prestige à l'Alpe d'Huez, Pierre Rolland s'impose en solitaire à la Toussuire. Thibaut Pinot est deuxième. Derrière, Wiggins a contrôlé les attaques de Nibali et lâché Evans et Schleck, les grands perdants du jour.

Les Alpes sont son jardin, un paradoxe pour celui qui a grandi dans ce centre de la France plat comme une mer sans vent. Un peu moins d'un an après sa victoire à l'Alpe d'Huez, Pierre Rolland, 25 ans, est arrivé en solitaire à La Toussuire, dans la seule étape alpine de l'édition 2012. «Cette étape me hantait, a-t-il confié, ivre de bonheur. Ca fait six mois que j'en rêvais. Je suis allé au bout de moi-même, je n'avais plus de jambes, seulement la tête.» C'est un nouveau coup retentissant frappé par Europcar au lendemain du succès de Thomas Voeckler. C'est aussi un grand jour pour le cyclisme français puisque Thibaut Pinot a obtenu la deuxième place en battant Chris Froome dans le sprint du groupe Maillot Jaune, arrivé 55 secondes plus tard. Ce qui prévoit de belles luttes tricolores pour dix ans

Rolland était à l'avant de la course dès la constitution d'un groupe de 25 coureurs échappés dans la montée du Col de la Madeleine (Hors-Catégorie), la première difficulté du jour, située 40 km après le départ à Albertville. «L'an dernier, j'avais gagné en la jouant tactique, expliquait-il. Là, il m'a fallu assumer car j'étais le favori dans l'échappée.» Il a d'abord bénéficié du «travail énorme» de Christophe Kern dans l'ascension du Col de la Croix de la Fer (Hors-Catégorie), ce qui a permis d'écrêter le groupe de tête. Passé en tête au Col du Mollard (2e catégorie) avec Robert Kiserlovski et Vasili Kiryienka, il a connu une frayeur en chutant lors de la descente. «J'ai connu tellement de malchance dans ce Tour, que là ce n'était pas grand chose. Ca ne pouvait pas me déstabiliser.» Il s'est finalement retrouvé seul à dix kilomètres de l'arrivée, dans la montée vers la Toussuire (1re catégorie). 

Derrière Rolland, les favoris ont été un temps éparpillés avant de passer la ligne tous ensemble. Tous sauf Cadel Evans, arrivé une minute et 26 secondes après Bradley Wiggins et Vincenzo Nibali. Le tenant du titre, qui a lâché prise à quatre kilomètres de la ligne, laisse la deuxième place du général à Chris Froome en même temps que ses espoirs de garder son titre. Le lieutenant du Maillot Jaune a failli causer un incident diplomatique en lâchant son leader pendant quelques secondes avant d'être rappelé à l'ordre par oreillette et de se retourner. Il a aussi vu, à ce moment-là, Vincenzo Nibali, qui avait encore tenté une échappée vaine peu avant. Et s'est peut-être dit que le seul concurrent de "Wiggo", ça doit être lui..

Commentaires

RENOV' AUTO

        

VERNET - AUTOMOBILES

             www.levernetauto.com